Prendre conscience de notre Unité

Hey ;-)

Je m'apprêtais hier à écrire au sujet de la conscience,  et je m'interrogeais sur pourquoi la femme est toujours reliée à la lune ce qui me semble bien souvent réducteur puisque moi-même je ressens souvent davantage l'influence du soleil et du rythme des saisons, et surtout de la Terre depuis peu.

J'entends souvent que les femmes doivent être davantage dans leur "yin" ce qui a le don de m'exaspérer: et si on était simplement nous même, sans les "il faut..". Pourquoi se juger? Je sens bien moi-même au rythme de mon cycle et des saisons, de l'ambiance du moment, que je suis parfois yin , parfois yang..

Une canalisation spontanée a surgit.. la voici:

 

9 janvier, 17h02:

 "La conscience n'a pas de sexe.

La priorité de la femme devrait être non pas de recouvrer son lien à la lune ou au soleil, mais bien en tant que conscience d'éclairer tout son corps, tout son être.

Qu'elle puisse aimer la terre et prendre la mesure de son potentiel à ensemencer la vie partout où elle se trouve.

(c'est la deuxième fois que je reçois cela: la femme aurait la capacité particulière par sa nature, à "animer" la matière autour d'elle, à guérir, à ramener la vie dans les lieux où tout semble "mort". J'en reparlerai.)

La femme en tant qu'être n'est pas davantage reliée au soleil ou à la lune, ce que tu décris ici est de l'ordre d'une croyance antérieure aux dogmes chrétiens.

L'homme et la femme n'ont de cesse d'être toujours séparé.

Réparer la blessure du féminin c'est d'abord - bien sûr- prendre en considération ce que vous qualifiez de "singularité", ses cycles, différents du masculin - mais surtout l'intégrer à l'humanité. Car la blessure essentielle du féminin est le rejet.

Rejet du corps et des cycles, de sa nature, de sa sensualité, de son potentiel de créatrice ...

La reliance à la lune concerne les organes sexuels de reproduction, comme je l'ai dit il s'agit d'une singularité mais non pas de l'essence même de la femme.

La femme dans son accomplissement devient solaire: elle est celle qui donne la vie.

J'irai même plus loin, en vous demandant de cesser d'opposer le soleil à la lune, le yin et le yang.

Ils sont deux faces opposées d'une seule et même pièce, celle de la lumière, de la vie.

 

(Je sens à cet instant que notre conception est limitée parce que nos perceptions le sont, nous voyons la réalité tangible comme matérielle et certaine choses nous semblent séparées comme la lune et le soleil par exemple- ici je sens que les "guides" m'indiquent une réalité invisible toute autre, où notre perception est erronée: le soleil, pourrait très bien dans cette dimension être exactement l'autre côté de la lune.)

 

Ils sont essentiels à la vie. La femme, comme l'homme sont avant et pour tout reliés à la terre.

 

La femme est terrestre. Elle est reliée aux saisons, aux cycles luni-solaires tout autant que l'homme.

Cessez d'alimenter la séparation de ces deux pôles, tout comme l'homme n'est pas à opposer aux femmes mais bien son autre moitié complémentaire dans le cycle de la vie humaine."

 

Une pause.

 

"La lune est reliée à la magie sexuelle, créative et à la fécondité. Le soleil aux moissons, à l'agriculture ainsi qu'aux grands changements.

ils est plus facile de travailler avec la lune car il y a davantage de cycles lunaires que de saison sur une année, mais bien utilisé vous pourriez être étonné du potentiel du cycle solaire sur vos demandes créatives et magiques.

Cela n'appartient pas davantage aux hommes qu'aux femmes, c'est le mouvement de la vie, à vous de vous en servir comme d'une aide ou d'en subir l'influence.

En toute chose rappelez vous que vous appartenez à la terre avant tout.

( par exemple les pics de résonance Schumann nous impactent tout autant que les tempêtes solaires..)

 

Le mythe de Déméter (La Terre en lien avec le soleil) et Perséphone (la terre en lien avec la Lune) l'illustre assez bien:

 

La nature féminine est sensible aux cycles luni-solaires. Mais ce qui reste constant, c'est la terre. Déméter déesse de la terre d'en haut, et Perséphone déesse de la terre d'en bas et de la croissance ( la graine).

Apollon est reliée au soleil, Artémis sa sœur à la lune, ils sont jumeaux, non pas opposé mais complémentaires.

Les lieux de cultes d'Apollon (masculin) ont généralement été édifiés sur des lieux de culte antérieur dédiés à la terre Mère: l'oracle de Delphes était auparavant un lieu dédié aux forces chtoniennes. "

 

Une pause.

 

"Ils ont violé nos terres et nos tentes, volé nos lieux de cultes: tombées les idoles, tombées les prêtresses..

Le grand serpent, symbole de pouvoir fertile, de transmutation  et de puissance : il est la Vie

tout dans la vie prend la forme du serpent, il est l'agent essentiel: de L’ADN aux spermatozoïdes, des cours d'eau, des courants telluriques appelés vouivres... le serpent c'est la puissance de notre mère la terre.

Les hommes sont venus et ont cessé de croire en elle.

Ils se sont coupés d'elle, ils ont voulu plus que ce qu'elle pouvait donner. Ils ont voulu la dominer et cessé d'honorer les sacrifices.

Finalement, les sacrifices ont cessé, et le sang a continué de couler. Les guerres, et les maux de la terre se sont répandus.

Ce n'est pas Gaïa qui réclamait le sang. Le seul sang que Gaïa demande est celui des menstrues, celui du placenta du nouveau né, celui des morts. Que chaque chose qui vient terminer son cycle, revienne à Gaïa. C'est tout ce qu'elle demande.

Ce sont les hommes et les femmes affamés de pouvoir et de rage qui ont répandus le sang, bien plus qu'en mille ans de sacrifice.

L'humanité ne sacrifie plus lors des rituels, elle est pourtant toujours autant barbare. L'humain a inventé les sacrifices parce qu'il ne comprenait pas la mort. Il souhaitait la dominer, l'apprivoiser. Dans sa défaite, il s'est mis à cesser de croire et d'honorer la terre.

Sa vengeance contre la mort fut de rejeter celle qui donnait la Vie: Gaïa, et la femme. "

 

L'être humain s'est tourné vers le ciel, vers les dieux, en oubliant d’où il vient: la Terre.

Dans le dogme chrétien c'est Eve en tant que terrienne qui est rejeté. C'est son corps, sa chair.

Comme si l'homme devait s'élever, aller vers les étoiles.. C'est ce qu'il a fait, il est parti sur la lune, a envoyé des satellites dans les confins de votre espace.. Pendant ce temps sur votre terre vous gaspillez, usez vos ressources.. Vous avez méprisé la terre.

Pour beaucoup de personnes spirituelles, il faut aller chercher la spiritualité au-delà de l'humain, dans le ciel..

La conscience est de partout où tu poses ton regard. Dans le ciel, sur la terre. Va dans tes profondeurs, regarde:

es tu plus soleil ou lune?

Sortez de cette dualité.

La terre vous porte. Elle porte vos graines, elle reçoit

Rendez à la terre ce dont vous n'avez plus besoin. Donnez, offrez à la Terre ce que vous souhaitez transmuter, comme un terreau fertile elle l'utilisera.

Remerciez-là , parlez-lui.

La terre entends vos chants, elle réclame le sang sacré de ses filles, le sang rouge qui coule lorsque vous ne portez pas la vie: remettez le à la terre, ce sang sacré réparera là ou la chimie la blesse.

Offrez là aux cours d'eau lorsqu'ils sont salis.

Chantez, chantez pour la terre."

 

Une pause.

 

"Je suis Perséphone; je suis aussi la déesse du son:

En descendant dans les entrailles de Gaïa j'ai crié:

c'est le cri du nouveau né.

Je me suis incarnée, je suis devenue mortelle.

Je suis la première humaine à vrai dire. J'ai eu peur de descendre sur votre terre.

Je régnais au ciel et j'accompagnai ma mère; je suis tombée, tombée amoureuse de la terre. Je m'en suis tellement approchée que j'ai chuté. La chute originelle.

(encore une fois je sens un récit mythique, imagé, pour permettre à notre conscience d'intégrer le chemin de cette énergie, champ vibratoire).

 

Je suis la déesse aux serpents.

Le serpent transporte l'information de vie: cessez de voir en lui uniquement le reptile tentateur, il porte la guérison, la vie sacrée.

(le serpent est aussi la kundalini, énergie de vie et tantrique qui en remontant le long des chakras permet d'atteindre aussi bien l'extase sexuelle que l'illumination)

 

Le serpent est double parce qu'il ouvre la conscience à une autre réalité: il permet une transmutation.

Touché par le serpent lorsque vos ombres ne sont pas encore offertes, vous verrez ce que vous appelez le diable, la non conscience, la peur, des créatures terrifiantes. Tout cela c'est vous qui le créez. La vie n'est ni bonne ni mauvaise, elle n'est que la vie, et c'est le regard que vous portez sur elle qui donne une coloration, une teinte à vos expérience.

 

Je suis l'une des tisseuses de l’ADN primordial, j'ai tissé la toison d’Athéna la guerrière, l'étoffe des dieux.

J'ai chuté et mon cri s'est répandu dans l'infiniment grand.

Ce n'était pas un cri d'angoisse, mais cri de stupéfaction.

Je suis entrée dans la danse, celle de la vie et la mort.

J'ai accepté mon rôle: pour croître, pour grandir, il faut jouer les hauts et les bas, monter et descendre.

Les cycles permettent d'expérimenter, de créer. Ils ne sont pas une malédiction, ils viennent éveiller votre conscience:

par le retour éternelle de toute chose c'est l'opportunité nouvelle de vivre une autre expérience, et d'enrichir le champ universel des possibles, de la création.

Chaque expérience remonte à la source-création de la Vie, chaque expérience vient enrichir le monde , la conscience.

La mort en tant que telle n'existe pas: c'est un passage: le corps retourne à la Terre et l'expérience vient enrichir le champ des possibles.

C'est l'ego, la personnalité qui meurt: la graine perd son écorce, elle entre sous terre pendant l'hiver où je veilerai sur elle, de ce grain , germera la magnificence de votre âme, une nouvelle existence, une nouvelle expérience, un nouvel arbre.

Depuis, du haut de mon trône, j'assiste les morts. Je suis présente aux initiations.

Je suis l'âme et le voyage.

Je vous assiste chères femmes, appelez moi. Je  viens vous aider pour trouver votre voie, votre chemin, de ma torche j'éclaire la route.

Je connais les allées et venues du monde d'en haut au monde d'en bas. Je connais vos soupirs, vos douleurs, vos joies, votre cœur.

Je suis celle qui permet d'entrer en contact avec votre moi supérieur.

Je peux faire des soins pour le système hormonal, pour apaiser.

 

Je ne suis pas la plus à l'aise avec les enfants et le rôle de mère il est vrai.

Appelez moi pour vous aider à grandir, à vous émanciper, d'une relation toxique par exemple. Je n'use pas la force car j'en suis dénuée.

Je suis au-delà de la force: je suis.

J'use de ma patience, du cycle de la vie.

Tout renait toujours.

Je suis le lien qui va de vos ovaires -vos serpents- à votre cœur. Je vais de l'en bas sous terre au point zéro de votre galaxie.

Là où se forme toutes choses.

Je suis reliée au vierges noires, comme ma mère, Déméter est reliée à Marie.

 

Sachez que vos douleurs, et tous les syndromes liés aux menstrues viennent pour beaucoup de traumatismes transgénérationnels, de vos ancêtres: chaque fois qu'une femme a renoncé à être elle-même; Chaque fois qu'une femme renonce, baisse les bras, c'est sa lignée qui prendra le relais.

Alors sortez la tête haute, OUI vous avez le droit d’affirmer qui vous êtes, vous avez le droit divin de réaliser votre créativité,

votre authenticité, tout en restant une femme qui ne joue pas le jeu  des hommes.

 

Hommes et femmes ensemble : différents mais inséparables, l'amour la mort et la vie dansent ensemble;

Osez être qui vous êtes! Vous pouvez être solaire! La force du soleil est avec vous!

Quand vous aurez intégrer ces deux polarités: lune et soleil - présentes en vos ovaires: vous accéderez au stade ultime: la terre utérus, matrice suprême qui réunit masculin et féminin.

En son creux, en son intérieur, se trouve la porte des étoiles.

Ne cherchez pas dans le ciel. C'est en bas qu'il vous faut chercher.

Pourquoi croyez vous que les pierres précieuses sont en bas?

 

Je vous veille;

Appelez moi sages femmes et je viendrai avec mes fées;

Dans le secret de vos rêves demandez,

 

Avec tout mon amour,

Perséphone."

 

Voilà :-) c'est le cadeau du jour.

La première partie de la canalisation je ne suis pas sure de qui parlait exactement, je sentais plusieurs présences autour de moi, comme un chœur ( j'ai eu l'impression qu'il y avait les dragons, les Elohim, et un esprit Hopi) à chaque pause on aurait dit que cela changeait d'interlocuteur. Perséphone était déjà là puis elle a pris la parole de façon plus explicite ensuite.

Cette déesse-énergie vit son unité par l'acceptation de tous les cycles vie-mort-vie. Elle ne les voit pas séparé mais comme une unité au sein de laquelle différentes phases peuvent exister.

 

Le dernier passage m'a beaucoup interpellé: le centre de la terre est en lien direct avec le soleil central, le point zéro de la galaxie, le "soleil noir".

On revient à l'adage "Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas".

 

Pour info, la déesse Perséphone est reliée également à l'hélichryse, plante sacrée.

En huile essentielle elle soulage entre autre les coups et bleus (comme après une chute, tiens tiens), en élixir floral elle permet de se relier à notre soi supérieur et à nos dons, et chemin(s) de vie.

 

Belle soirée mes douces ;-)

Laurence

Vous pouvez partagez ce texte si vous citez le site et son auteur ;-)

 

et un chant en lien avec cette Déesse si chère à mon cœur <3

Écrire commentaire

Commentaires: 0